• Allocution 26 Aout 2016

    Au cours de la 2ème guerre mondiale, La Seyne n’a pas été le théâtre d’actions d’éclat, et pourtant… Dans l’ombre, des seynoises et des seynois se sont engagés dans la Résistance comme l’attestent les nombreuses plaques de rues aux noms de ceux qui ont perdu la vie ; sans compter ceux, plus nombreux, dont on ignore tout. Certains dans le réseau de renseignements P 2 dont les précieuses informations permirent aux armées de libération de programmer le débarquement du 15 août 44 en toute connaissance de cause ; d’autres en imprimant et diffusant tracts et journaux clandestins ; d’autres encore en cachant des armes ; d’autres enfin, dans l’enceinte du chantier naval, en organisant, avec la C.G.T. clandestine, grèves et manifestations, sans compter les sabotages effectués par des mains anonymes grâce auxquels presque aucun des bâtiments prévus par la Marine allemande n’a été livré.

    Allocution 26 Aout 2016

     

    En agissant ainsi, toutes et tous risquaient leurs vies mais la Liberté était à ce prix et la Nation a su reconnaître et récompenser ces actes en attribuant à notre ville la Croix de guerre avec étoile de vermeil qui figure désormais à son blason.

    Le 24 juin dernier, sur le Parc de la Navale, a été érigée une stèle commémorative en hommage aux résistants du Chantier et, en particulier à deux d’entre eux :

    Henri Veyssière, sous directeur pendant la direction allemande, qui a permis à de nombreux jeunes ouvriers d’échapper au S.T.O. et Missak Manouchian, poète arménien,  embauché comme charpentier dans les années 20, dont le nom est resté dans l’Histoire comme chef d’un réseau appartenant aux F.T.P. – M.O.I. de la région parisienne et qui donna sa vie pour la France qui l’avait accueilli.

    L’un Français, l’autre étranger. Cependant, tous deux avaient le même objectif : rendre à notre pays sa dignité et à son peuple sa liberté en combattant le nazisme.

    Car, ne l’oublions pas, si les armées de libération étaient composées de soldats venus de tous les continents, la Résistance française comptait aussi dans ses rangs de nombreux étrangers qui n’hésitèrent pas à risquer leur vie pour défendre leur pays d’adoption.

    Comme le dit le Chant des Partisans : « Ami si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place »…. et peu importe qui il est.

     L’Histoire l’a prouvé, et le prouve encore, le danger ne vient pas forcément de l’extérieur !

    Allocution 26 Aout 2016


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :