• Rapport moral 2018

    Il n’est guère besoin de longue démonstration pour faire le constat de la montée du racisme et de la xénophobie dans notre société, dont les principales victimes sont les immigrés et les réfugiés. On ne saurait oublier les manifestations d’hostilité voire de violence à l’égard des juifs, des maghrébins et des africains. Si l’on ajoute la crise économique et sociale, la crise des valeurs, jointes à la dangerosité de la situation internationale et la menace d’attentats, il y a là un terreau qui n’est pas sans rappeler la situation qui conduisit à la catastrophe le siècle dernier.

     

    Ceux qui libérèrent la France, et notamment les membres du Conseil National de la Résistance et du gouvernement d’après guerre, voulurent un pays démocratique et socialement solidaire. Au fil des années, les remises en cause successives n’ont pas été pour rien dans la réapparition au grand jour des courants d’extrême droite et leur audience grandissante.

    On voit alors que ce qu’on appelle « devoir de mémoire » conjointement aux recherches des historiens est un moyen indispensable pour faire connaître les dimensions idéologiques et les motivations économiques du nazisme, les fondements du pétainisme et la politique de collaboration mais aussi de rappeler les valeurs patriotiques, sociales et humanistes  de ceux qui les combattirent.

    Mémoire et histoire sont un enjeu du présent et de l’avenir. Il ne faut pas refuser la réalité historique et nommer les actes, les responsabilités et les responsables. Et lorsqu’aujourd’hui nous dénonçons les reculades et les injustices sociales, le manque d’humanité dans la façon de traiter ceux qui demande notre aide, lorsque nous mettons en garde contre les dérives fascisantes dans notre pays et en Europe, nous ne faisons que suivre le chemin tracé par nos aînés.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :