• Le comité local de La Seyne sur Mer, Six-Fours et Saint-Mandrier de l’ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance et Amis de la Résistance) organisait, comme chaque année, le 18 mai 2017, une visite au plateau de Signes, haut-lieu de la Résistance où de nombreux jeunes patriotes tombèrent sous les balles allemandes. Cette année, pour la première fois, quatre classes de 3ème ont été conduites sur les lieux : deux du collège Reynier de Six-Fours et deux du collège Curie de La Seyne.

     Un car de la ville de Six Fours est mis à la disposition de 44 élèves et des organisateurs ( 4 enseignants et 3 membres de l’ANACR ).Un deuxième car subventionné par la municipalité de La Seyne amène les collégiens seynois et leurs accompagnateurs ( 4 enseignants et 4 membres de l'ANACR ).

    Chaque collège visitera les sites séparément. Tous les participants se retrouveront pour le pique nique devant la Bergerie de Siou Blanc.

    Quatre lieux de mémoire sont prévus pour cette journée. Des explications sur les circonstances des événements seront données par les représentants de l’ANACR sur chaque lieu de mémoire.

     

     9 h 30 : Ferme de la Limatte

     Visite au plateau de SignesSituée sur le plateau de Signes à 700 m d’altitude, la ferme de la Limatte était  occupée le 2 janvier 1944 par un groupe de neuf jeunes maquisards. (Maquis F.T.P. de la 1ère compagnie de Provence, venu du Camp Faïta). Cernés par les Allemands, après une heure de lutte, à cours de munitions, ils sont capturés et fusillés après avoir creusé leur tombe. Le berger qui avait tenté de les prévenir est également  abattu.

    La stèle du souvenir se dresse au milieu d’une grande étendue. Le texte que cita, à ce sujet, Maurice Schumann à la BBC en mars 1944 est lu par une élève.

    Une gerbe de fleurs est déposée devant la stèle par deux élèves, suivie d’une minute de recueillement.

     

     10 h 30 : Site de Siou Blanc, Citerne du Gouvernement

     

     EVisite au plateau de Signesn partant de la bergerie de Siou Blanc et après une marche d’environ deux kilomètres, le groupe atteint la «Citerne du Gouvernement», lieu de rassemblement de nombreux jeunes maquisards. Environ 400 s'étaient retrouvés là pour attendre le débarquement en Provence. Ne voyant rien venir, dans l’impossibilité de nourrir tous ces jeunes, ordre leur est donné de se disperser pour ne pas attirer l'attention.

    Le 16 juin, un groupe de 8 jeunes gens de l’A.S. (Armée Secrète), sont capturés par les Allemands près de la ferme de Roboeuf. Ils seront exécutés le lendemain, 17 juin, sur la commune du Castellet, à La Rouvière.

    Le groupe observe une minute de silence après le dépôt de gerbe.

     

     12 h : Bergerie de Siou Blanc

     

    Visite au plateau de SignesVers midi, une pause déjeuner près de la bergerie de Siou Blanc clôture cette matinée. Une stèle posée sur le mur de la ferme évoque les rassemblements après le débarquement du 6 juin en Normandie, en ce lieu, des 400 maquisards.

    Au carrefour des routes du secteur une stèle évoque la rencontre de résistants du Revest et des Tirailleurs Algériens (les Turcos) du 3ème RTA.

     

    14 h : Charnier de Signes, Vallon des Fusillés

     

    Visite au plateau de SignesL’après-midi débute avec la descente dans le Vallon des Fusillés.

    En juin et juillet 1944, suite à la trahison d’un officier parachuté dans la région, la résistance de Marseille et des Alpes de- Haute-Provence d’une part et un groupe du CDL d’Oraison infiltré par des faux résistants du groupe Brandebourg d’autre part, sont emmenés au 425, Rue Paradis, à la gestapo de Marseille.

    Ils subissent des interrogatoires et sont torturés. Le 18 juillet, ces 29 résistants sont conduits dans un vallon proche du carrefour du Camp et fusillés.

    Le 12 août, 9 autres résistants subiront, au même endroit, le même sort.

    Devant l’autel, dressé au fond du vallon, est déposée une gerbe de fleurs par deux élèves de chaque collège, avant la minute de silence,

     

     15 h : Site de La Rouvière au Castellet

     Le dernier site est celui de La Rouvière, au Castellet.

    Le 17 juin à l’aube, les 8 prisonniers de Siou Blanc sont fusillés près de la route menant du Castellet à La Cadière, au lieu-dit La Rouvière.

    Après l’ascension d’un coteau bordé de vignes, au fond d’un petit vallon, nous atteignons la stèle entourée de quatre cyprès.

    Un dépôt de gerbe et une minute de recueillement clôturent cette journée du souvenir.

     En fin d’après-midi, vers 16 heures, retour au collège Reynier et à 17 heures au collège Curie. Il faut noter le bon comportement pendant cette journée de ces groupes de jeunes.

    Il faut aussi remercier la régie des transports de la ville de Six-Fours avec la participation d’une dame chauffeur du car, très efficace et très sympathique, ainsi que la municipalité de La Seyne pour son aide financière.

    Une expérience à renouveler l’année prochaine, l’ANACR étant à la disposition des groupes scolaires et des enseignants pour transmettre la mémoire de ces lieux. 


    votre commentaire
  • Une assistance nombreuse en cette journée commémorative de la victoire sur le nazisme et le fascisme. Une première assemblée à la gare de La Seyne, en hommage aux cheminots morts pour la France, suivie d'un défilé sur le port et d'une seconde manifestation au Monument aux Morts de la ville.

    8 mai 2017

    8 mai 2017

    8 mai 2017


    votre commentaire
  • Décidément, les années se suivent et se ressemblent, hélas ! En Afrique, au Moyen-Orient, en Europe : la menace, le chaos.

    En outre, chez nous, le modèle social qu’on nous enviait s’effrite sous les coups de boutoir de politiciens au service d’une finance boulimique uniquement soucieuse d’accumuler toujours plus de profits. Des riches de plus en plus riches, des pauvres encore plus pauvres. Nous nous éloignons des »jours heureux » imaginés par les résistants du Conseil National de la Résistance et de leur programme mis en oeuvre dès la Libération par le gouvernement du général de Gaulle.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Notre comité était présent lors de l'inauguration de la stèle commémorative sise sur le "Parc de la Navale" le 24 Juin 2016.

    Ce dernier vendredi, c'était la « fête de la Navale » sur le site de nos anciens chantiers. Une fête, contraintes budgétaires obligent, qui n'a pas revêtu les beaux atours des années passées, mais qui a réuni à la fois des centaines d'écoliers ayant bénéficié des « classes de découverte "Navale" » que nous avons initiées il y a trois ans en partenariat avec l'Education nationale et les associations « d'anciens » des chantiers navals, et, justement, ceux qui ont travaillé dans notre site industriel jusqu'à la fin des années 1980, en présence de la population et de représentants de la communauté arménienne de la région, car, outre les remises de récompenses aux enfants, l'événement a été l'occasion d'inaugurer une nouvelle "borne" de notre parcours de mémoire de l'industrie navale sur notre parc urbain littoral.

    Une borne dédiée, au travers notamment d'un Arménien immigré qui a travaillé ici avant de laisser sa vie dans la lutte contre le nazisme, Missak Manouchian, et d'un cadre d'industrie, Henri Veyssière, à la mémoire de la Résistance au sein de nos chantiers.

    (Extrait du blog de Marc Vuillemot, maire de La Seyne)

    24 Juin 2016 : Hommage aux résistants des Chantiers

     

    24 Juin 2016 : Hommage aux résistants des Chantiers

     

    24 Juin 2016 : Hommage aux résistants des Chantiers

    Pierre Papazian, près de la stèle pour laquelle il s'est battu si longtemps

    24 Juin 2016 : Hommage aux résistants des Chantiers


    votre commentaire
  •  

    19 Juillet  2016. Le comité local de La Seyne - Six Fours - saint Mandrier était présent. Des jeunes ont lu un très beau poeme de leur composition, sur la rafle du Vel D'Hiv

     

     


    votre commentaire